ACTUALITÉS

  • L'équipe MIFA

Mars et la Procrastination

« Tu as mille deadlines mais Netflix reste l’activité la plus attrayante, et puis, de toute façon, tu le feras demain. »

Cette façon de penser assez répandue a donné lieu le 25 mars 2010 à la création de la journée internationale de la procrastination. Derrière ce mot barbare se cache simplement l’idée de "remettre au lendemain ce qui peut être fait aujourd’hui". Un comportement séduisant à bien des égards, mais qui peut tenir d’une pathologie et être bien plus problématique.

Mais rassurez-vous, la plupart des personnes ne souhaitent simplement pas s’afférer à des choses qu’ils considèrent comme non-intéressantes ! Vous pouvez même blâmer votre smartphone ! Il est, selon de nombreuses études, le principal coupable de ce phénomène de procrastination.


Alors, la procrastination, une bonne ou une mauvaise situation ? On ne savait pas se positionner sur le sujet, alors on a pesé le pour et le contre.

Se laisser du temps 

Eh oui ! La procrastination a certains effets positifs.


Cette dernière est un moyen de mettre pause, de prendre un temps de mise à distance, de réflexion. Dans nos sociétés où tout va très vite il peut être bon de prendre du recul et réfléchir à nos capacités d’organisation qui sont (hélas) limitées.

Est-ce si grave de se mettre au travail une heure plus tard que prévu ? Il est important de relativiser sans quoi notre vie serait encore plus complexe qu’elle ne l’est déjà... Pas vrai ? 

Enfin, la procrastination permet de sortir de la routine, de la répétition ce qui a pour effet de grandement favoriser la créativité. Il est préférable de prendre du temps pour soi et être plus créatif, plutôt  que d'être presque abruti par la répétition de certaines tâches. (Attention, ce discours n'est pas une formule magique qui vous permet de vous dispenser de faire vos TD). 


De plus ce temps peut être dégagé à bon escient ! N’est-t-il pas normal de préférer passer du temps en famille ou à lire ?


La procrastination permet donc de dédier ses heures à quelques activités profondément positives, qui nous font du bien... Tout le moins, dans le principe... L'application, malheureusement démontre que c'est délicat...

Sous le tapis, sans jamais disparaitre

En effet ce temps dégagé sert rarement à de telles activités. Il est bien plus souvent gaspillé sur notre fil d’actualité Facebook ou nos abonnements YouTube.

Les applications de smartphone ont tendance à nous garder captivés pendant bien plus longtemps que ces "5 petites minutes et puis c'est tout". La procrastination, dans ce cas-là, devient purement négative.


Des études démontrent que ce sont majoritairement les corvées domestiques qui sont le plus souvent repoussées (50% des tris et de rangements, 45% des cas le ménage etc), la procrastination peut alors mener à certains… désagréments. Les individus ne procrastinent pas qu’à la maison ! 49% d'entre eux sont frappés de cette paresse au bureau, ce qui peut avoir des conséquences plus ou moins grave sur leur productivité et leurs engagements. 


Enfin, la procrastination peut conduire à des montées de stresse très importantes. Faire sa dissertation le dimanche à minuit pour le lundi 08:00 n’est pas une activité des plus paisibles. Ajouter à cela les arrivées en retard que cela peut entraîner, les évènements ratés et autres... On se dit que "c'est la dernière fois", qu’il "vaut parfois mieux s’y prendre en avance". Alors on tente d'apprendre la leçon, mais comment se motiver ?

Petit à petit, l'oiseau arrête de procrastiner

Il est plus facile de se motiver qu’il n’y paraît et des techniques très simples peuvent nous y aider.


Mary Gohin, psychologue, nous conseille de remplacer les « Il faut » par « Je veux », l’intention venant de nous on se sent plus libre de le faire et d’autant plus motivé. Il faut aussi penser petit: ne pensez pas au mur que vous devez ériger mais soulevez d’abord une brique, puis une seconde et vous le construirez ainsi bien plus facilement.


D'ailleurs, connaissez-vous le SMART ? C’est une technique de planification de tâche habituellement utilisée dans les travaux de groupes ou dans le monde professionnel. Mais elle est particulièrement recommandée lorsqu’on a l’envie de se « reprendre en main ». Dès lors, les objectifs doivent être Spécifiques (je veux me lever à 6 :00 le matin), Mesurable (ces 5 jours sont concrets, l’horaire l’est aussi), Ambitieux (d’habitude je me réveille à 8 :00 et je loupe ma 1èreheure de cours…), Réalistes (d’autres le font, pourquoi pas moi ?), et Temporellement défini (cinq jours, c’est easy peasy).


Faites les choses sérieusement. Donnez-vous vraiment les moyens, éloignez votre téléphone, déconnectez vos mails, coupez tout ce qui pourrait vous distraire et concentrez-vous sur une durée réaliste. Donnez-vous 30 min pour faire le plus de choses possibles, si vous n’avez pas fini tant pis, faites une petite pause et reprenez ensuite 30 minutes à fond. Ainsi vous serez efficace productif.


Se fixer de petits défis permet petit à petit de réduire cette habitude de procrastiner, alors, cap ou pas cap ?




POUR FAIRE COURT

  • Prenez du temps pour vous sans tomber dans le confort de la paresse, car vous risquez de passer à côté de belles choses;

  • Ne laissez pas la procrastination impacter vos activités professionnelles

  • Fixez vous de petits objectifs, simple, et complexifiez les au fur et à mesure, de façon à vous remettre doucement (mais surement) sur les railles de la réussite !

L'équipe MIFA, qui doit aller ranger quelques trucs...

Si tu as des questions, des remarques, des mots doux à nous glisser, n’hésite pas à commenter cette publication. Si tu n'as pas la flemme, tu peux montrer ton approbation par un pouce en l’air !

Logo classic long BLC.png

Mouvement indépendant des forces associatives

Université Jean Moulin Lyon 3

Atelier des Assos

1C, avenue des Frères Lumière

CS78242

69372 Lyon Cedex 08

© MIFA 2019

Suivez nous :

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Snapchat - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc